Les cookies sur le site internet de la présidence européenne

Nous utilisons les cookies afin de faciliter au mieux votre navigation sur notre site. Vous pouvez enregistrer les cookies en continuant votre navigation sans modifier vos paramètres ou bien modifier ces derniers à tout moment.

 Retour

L'Irlande du Nord


En raison d’efforts soutenus depuis les années 1980, la société d’Irlande du Nord est aujourd’hui beaucoup plus apaisée, prospère et stable. Pour arriver à ce résultat, le gouvernement irlandais a travaillé de concert avec le gouvernement britannique et les partis politiques d’Irlande du Nord pendant plus de trois décennies ; un travail toujours d’actualité.

Historique

Le traité anglo-irlandais, signé en 1921, a établi un État libre composé de 26 comtés formant la République d’Irlande ainsi que six autres comtés formant l’Irlande du Nord. Deux groupes distincts ont alors émergé: ceux en faveur de l’union avec le Royaume-Uni (les unionistes) et ceux en faveur de l’unité avec la République d’Irlande (les nationalistes).

De 1921 à 1972, l’Irlande du Nord avait son propre gouvernement décentralisé (séparé de Westminster) aux mains de la majorité unioniste. Cette situation a débouché sur une discrimination envers les nationalistes dans des domaines spécifiques tels que le vote, le logement et l’emploi.

En 1969, des militants des droits civils nationalistes et pacifistes d’Irlande du Nord ont subi une réaction répressive entraînant des troubles civils. Le gouvernement d’Irlande du Nord a demandé le déploiement de l’armée britannique et il y a eu un retour des organisations paramilitaires: l’armée de la République irlandaise (IRA) du côté nationaliste et des groupes paramilitaires loyalistes du côté unioniste. Une période de conflits soutenus, plus communément appelé «the Troubles», a alors commencé.

L’accord anglo-irlandais

Au début des années 1980, les gouvernements britannique et irlandais ont entamé une coopération plus étroite afin de parvenir à un règlement politique du conflit qui soit acceptable par toute la communauté. L’accord anglo-irlandais a été signé par les deux gouvernements en novembre 1985, permettant au gouvernement irlandais d’émettre son avis et de faire des propositions sur des sujets relatifs à l’Irlande du Nord. Cet accord a également conduit à la mise en place de structures permettant d’aider les deux gouvernements à trouver une solution durable au conflit

 1993 - 1998

En 1993, les deux gouvernements ont émis une déclaration commune qui présentait une charte pour la paix et la réconciliation en Irlande et qui offrait aux personnes associées aux violences paramilitaires une voie vers le processus politique. En 1994, l’IRA et les paramilitaires loyalistes ont annoncé qu’ils cessaient leurs activités. En 1996, un organisme international, sous la présidence du sénateur américain George Mitchell, a fourni une étude indépendante sur le désarmement des forces paramilitaires.

Des discussions pluripartites, présidées par le sénateur Mitchell, ont commencé en 1996 et impliquaient les gouvernements irlandais et britannique ainsi que tous les partis politiques élus d’Irlande du Nord. Ces discussions ont abouties à l’accord du vendredi saint signé le 10 avril 1998.

L’accord du vendredi saint


Northern Ireland text

L’accord du vendredi saint a été approuvé par le peuple d’Irlande du Nord et du Sud par le référendum de mai 1998. L’accord prévoyait la création des trois structures suivantes :

  • l’Assemblée et l’Exécutif d’Irlande du Nord, autorisant des partis politiques élus à partager le pouvoir. L’Assemblée est située à Stortmont, dans la banlieue de Belfast

L’appui international au processus de paix

Le processus de paix en Irlande du Nord a bénéficié du soutien de la communauté internationale dont les partenaires de l’Union européenne et les États-Unis. L’UE a fourni un appui politique dans le cadre d’un processus de paix en évolution. Elle a aussi apporté un soutien concret au redressement de l’économie et à la réconciliation intercommunautaire à travers le fond international pour l’Irlande et les programmes européens pour la paix et la réconciliation en Irlande du Nord.

Coopération transfrontalière concernant les questions européennes

Le gouvernement irlandais et l’exécutif d’Irlande du Nord travaillent en étroite collaboration sur les questions européennes. En effet, des structures de niveau ministériel et officiel discutent des orientations politiques d’intérêt commun. L’Irlande du Nord sera associée à la présidence irlandaise. À ce titre, elle participera à la réunion informelle des ministres des affaires européennes qui prendra place à Dublin en janvier.

L’Irlande du Nord aujourd’hui   

 Norther Ireland text

 

À ce jour, l’Irlande du Nord ressent les conséquences de la récession économique mondiale mais continue néanmoins de surmonter son sombre passé récent. De nouvelles industries sont créées, les villes sont redynamisées et le nombre de touristes ne cesse d’augmenter avec la mise en place de nouvelles attractions, telles que le musée du Titanic à Belfast.

 

Les efforts soutenus des hommes politiques d’Irlande du Nord, du Royaume-Uni et d’Irlande ont porté leurs fruits. En conséquence, le Royaume-Uni et l’Irlande se sont rapprochés et entretiennent une relation des plus cordiales et cela s’est reflété lors de l’accueil en 2011, par le précédente présidente Mary McAleese, de la Reine d’Angleterre, une visite qui fût émouvante et couronnée de succès. 

 

‌‌
‌‌‌‌

 

 

Back to top FR